• Home
  • BLOG
  • Les bienfaits de l'acérola, vitamine C naturelle

Les bienfaits de l'acérola, vitamine C naturelle

La vitamine C est un élément essentiel pour notre santé. Elle doit être consommée quotidiennement, plusieurs fois par jour car notre organisme ne la fabrique pas ni ne la stocke. De part sa structure la vitamine C est très proche du glucose, il ne s'agit d'ailleurs pas d'une vitamine mais d'un glucoside vital. La plupart des plantes et des animaux fabriquent eux-mêmes leur vitamine C en transformant le glucose grâce à deux enzymes. Une transformation rendue impossible chez l'homme puisqu'il lui manque l'une de ces deux enzymes: la gulonolactone-oxydase.
Au vu de nos besoins grandissants (pollution, stress oxydatif, mode de vie...), de nos apports devenus insuffisants (en partie dus à l'agriculture moderne) et de la sensibilité de cette vitamine, il semble intéressant de se supplémenter. Opter pour une forme naturelle plutôt qu'une gélule s'avère être un choix judicieux.

Deux idées reçues sur la vitamine C :

  1. Si l'on consomme des fruits et légumes quotidiennement notre apport en vitamine C est suffisant.
    Malheureusement NON. Ceci étant dû à la faible teneur en vitamine C des aliments ainsi que de la fragilité de celle-ci mais aussi des besoins plus ou moins importants de chaque individu. Les apports nécessaires sont fonction du métabolisme de chacun, du mode de vie, de la pollution environnante, de l'état de stress, du contact avec des métaux lourds, de la consommation de tabac, de la prise de médicaments ou de la pilule contraceptive ou encore de la pratique d'un sport intensif.

  2. La vitamine C excite et empêche de dormir.
    NON bien au contraire. Elle favorise l'endormissement et un sommeil réparateur. Pour cela il faut évidemment choisir une vitamine C naturelle et non chimique.

Apports recommandés :

Les apports nutritionnels conseillés sont de 110 milligrammes de vitamine C par jour chez l'adulte (un apport conseillé qui chute à 97 mg/j selon l'ANSES). Cet apport est majoré à 120 mg au-delà de 60 ans ainsi qu'en en cas de grossesse et à 130 mg en phase d'allaitement. On monte à 150mg/j en cas de forte consommation tabagique et entre 200 à 300mg chez un sportif de haut niveau. 
En naturopathie, les recommandations oscille plutôt entre 500mg à 1g/jour voire 2 à 3 g en cas de besoin.
Le Dr Alain Scohy, connu pour ses recommandations extrêmes en vitamine C préconise 5 à 10g/j pour un adulte en bonne santé, 10g/j pour une femme enceinte, entre 10 et 15g/j pour une personne stréssée ou présentant une pathologie et entre 20 à 30g/j en cas de grave maladie. 
Je n'ai personnellement jamais expérimenté ces dosages massifs mais il me semble intéressant de savoir que cela est possible.  

Difficile de parler de vitamine C sans mentionner le nom de Linus Pauling (prix Nobel de chimie en 1954 et de la paix en 1963). Chimiste de formation, Linus Pauling a consacré 40 ans de sa vie à étudier cette précieuse vitamine, recommandant une consommation de 2 à 20 g par/jour qui peut être augmentée en cas de maladie. La vitamine C, administrée "sous une forme adéquate, au moyen de techniques appropriées, en doses suffisamment fréquentes, en doses suffisamment élevées, en conjonction avec certains agents et pour une période suffisante" serait capable de prévenir voire de guérir un grand nombre de maladies, notamment la grippe, le cancer, ou les maladies coronariennes. 

Risque-t'on un surdosage?

Aucun risque, la vitamine C non utilisée par notre organisme est éliminée dans les urines lorsque sa concentration plasmatique atteint ou dépasse 12 mg/L. On parle ici de la vitamine C naturelle et non de la synthétique qui peut fatiguer le fonctionnement des reins, irriter l'estomac et occasionner des diarrhées. 

Les bienfaits de la vitamine C et ses champs d'applications

La vitamine C est souvent connue pour ses effets anti-fatigue ainsi que pour sa puissante action antioxydante mais ses bienfaits ne s'arrêtent pas là.

  • Synthèse du collagène (peau, cartilage, tendons, ligaments, dents, os, tissus conjonctif, endothélium vasculaire...)
    Sans vitamine C, notre corps est incapable de fabriquer du collagène. Le collagène est un ensemble de protéines qui forment le tissu conjonctif sur lequel se déposent les minéraux et en particulier le calcium. Il est notamment indispensable aux processus de cicatrisation et stimule la formation des substances osseuses en cas de fracture. En cas d'arthrose, un traitement de fond en vitamine C peut permettre, associé à d'autres éléments, de limiter la progression de la dégradation. En période pré et post opératoires, une supplémentation s'avère indispensable (les opérés présentent un effondrement du taux d'acide ascorbique tissulaire).

  • Renforce les défenses immunitaires
    La vitamine C joue un rôle anti-infectieux important. Elle augmente la production des anti-corps (IgG, IgM, IgA) ainsi que celle d'interféron. Elle est nécessaire à la phagocytose et régule le taux d'histamine dans le sang lors d'une réaction de type allergique. Elle augmente la résistance de l'organisme aux chocs anaphylactiques.

  • Métabolisme du Fer
    La vitamine C est essentielle à l'absorption du fer au niveau de la muqueuse gastro-duodénale et contribue à la production des globules rouges. Elle permet de transformer la vitamine B9 (acide folique) en acide folinique. Les carences en vitamine C entraînent donc une mauvaise utilisation de la vitamine B9 qui devient elle même responsable d'une anémie. 

  • Métbolisme des acides gras essentiels
    La vitamine C régénère la vitamine E et inversement.
    Elle intervient également dans la conversion du cholestérol en acides biliaires. Cette conversion est la principale voie utilisée par l'organisme pour se débarrasser du cholestérol en excès.
    Il existe une relation directe entre le faible taux de vitamine C dans le sang et le risque de lithiase biliaire. 

  • Métabolisme des neuro-transmetteurs
    La vitamine C participe à la synthèse des catécholamines (dopamine, noradrénaline)

  • Protection contre les substances toxiques
    La vitamine C réduit la toxicité des métaux lourds comme le plomb, le nickel, le cadmium ou le mercure. Associée aux vitamines A et E, elle agit très efficacement dans la lutte antiradicalaire. La vitamine C favorise également l'entretien du glutathion.
    Un supplément utile en cas de tabagisme, d'alcoolisme ou lors de cures de désintoxication.
  • Rôle dans le système cardio-vasculaire
    L'apport de vitamine C abaisse le taux de L.D.L et augmente le HDL, renforce la paroi des capillaires sanguins
    Plus le taux de vitamine C dans le sang est bas, plus la tension est élevée. Inversement, plus le taux de vitamine C est élevé, plus la tension artérielle se rapproche du niveau optimal.

  • Actions supplémentaires
    La vitamine C inhibe la synthèse des nitrosamines cancérogènes et atténue les conséquences des effets secondaires de la chimiothérapie. Elle a un effet laxatif, augmente la fonction pulmonaire, augmente la qualité et la mobilité des spermatozoïdes et baisse la production d'acide lactique chez le sportif... 

Il semble donc intéressant d'augmenter son apport de vitamine C en cas de fatigue, anémie, arthrose, fracture, déchaussement des dents, gingivite, maladies infectieuses, allergies, asthme, rhume des foins, état de stress, dépression, insomnie, constipation, lithiases biliaires, tabagisme, alcoolisme, intoxication aux métaux lourds, hypertension, cholestérol, goutte, cancer, fragilité des capillaires, période pré et post opératoire, prévention de la dégénérescence maculaire liée à l'âge.

Sensibilité de la vitamine C

Nos besoins en vitamine C augmentent mais la teneur de nos aliments diminue. 

L'agriculture moderne y contribue largement: intensification de la production alimentaire, utilisation d'engrais et pesticides, cueillette précoce, transport, stockage en entrepôt, maturation ou déverdissage par chauffage au gaz, blanchiment avant la mise en conserve, congelation ou déshydratation. 
A cela s'ajoute une vitamine particulièrement fragile et instable. Elle est très sensible au mode de stockage, à l'exposition à l'oxygène, à la chaleur, aux ultraviolets, aux cuissons à forte température, à la congélation, à la stérilisation longue conservation, à la solubilité dans l'eau. Le simple fait de découper ou d'éplucher des légumes ou de ne pas les consommer immédiatement après préparation, entraînent une oxydation qui détruit en grande partie la vitamine C présente. Pour bien faire il faudrait donc pouvoir consommer immédiatement après préparation des fruits et légumes bio à maturité fraichement cueillis et cuisinés à basse température.

Où peut-on trouver de la vitamine C ?

Dans la baie d'églantier ou cynorhodon (1250 mg/100 g), l'argousier (750 mg/100 g), l'ortie (333mg/100g), la goyave (243mg/100g), le cassis (200mg/100g), le persil (170 mg/100 g), les baies de goji (148mg/100g), le poivron rouge et le chou vert (120mg/100g), le kiwi (100 mg/100 g), les choux de Bruxelles (75mg/100g), le citron (65mg/100g), la fraise, l'orange et le chou-fleur (55 mg/100 g), les épinards 50mg/100g) le pamplemousse (35 mg/100 g), les cerises (10mg/100g)...

Ces chiffres sont valables dans l'idéal pour des fruits et légumes non traités, cueillis mûrs et rapidement après récolte.

Pourquoi l'Acérola ?

Le choix d'un "superfruit" 100% naturel.
L'acérola arrive dans le peloton de tête après le fruit du terminalia ferdinandiana (3000-5000mg/100g) et celui du camu-camu (2400-3000mg/100g). Originaire des Antilles et de la mer des Caraïbes, l'acérola (Malpighia punicifolia ou glabra) est un arbuste indigène de l'Amérique tropicale dont les fruits rappellent nos cerises. Le fruit de l'acérola contient 20 à 30 fois plus de vitamine C que l'orange (environ 1745mg/100g). Il est également riche en vitamine B5, vitamine B1, en bêta-carotène ainsi qu'en bioflavonoïdes et en minéraux (fer, calcium, phosphore, potassium et magnésium).

Choisir un produit de qualité

Il est important de bien lire les étiquettes car même en magasin bio l'acérola vendue en comprimés est un filon juteux pour les laboratoires et la composition réelle révèle souvent quelques surprises.

Pour bien choisir voici plusieurs critères :

  • Vérifier la teneur réelle en vitamine C naturelle contenue dans le produit, une information qui n'est pas toujours clairement précisée.
    Il est en effet impossible d'extraire plus de vitamine C que le fruit lui même en contient. La teneur en vitamine C de l'acérola oscille au maximum autour de 18%, un comprimé dosé à 500mg d'acérola contient donc au mieux 85 mg de vitamine C naturelle. Si le taux indiqué est supérieur c'est qu'il y a un ajout de vitamine C de synthèse.
  • Se méfier des tubes de comprimés d'acérola à bas prix : la vitamine C extraite de l'acérola est chère, 4 fois plus chère que la vitamine C de synthèse.
  • Observer la couleur! La poudre d'acérola naturelle est de couleur jaune orangée et non pas rose. Pour que le comprimé ait la même couleur que la baie joliment rouge figurant sur l'emballage, les fabricants y ajoutent un colorant (d'origine naturelle dans le meilleur des cas).
  • Vérifier également la teneur des comprimés en sucre, édulcorant, agents agglomérants, conservateurs et arômes.
  • L'acérola naturelle en poudre s'agglomère facilement. Il est tout à fait normal qu'elle forme des blocs et se compacte.

 

  Coups de coeur :

Acérola pure à 98 % (2% restant étant constitués de silice) obtenue par lyophilisation et non déshydratation, commercialisée par Sol Semilla. 
A diluer dans sa bouteille d'eau ou à saupoudrer sur les légumes, compotes... 
www.sol-semilla.f 

Remarque :
Pour les prises inférieures ou égales à 2 ou 3 g par jour, la vitamine C issue de l'acérola est excellente si l'on connaît parfaitement la composition du produit que l'on consomme. 
Dès que les doses nécessaires sont supérieures à 3 g par jour, préférer l'acide L-Ascorbique (forme lévogyre) en poudre car l'acérola contient également du potassium naturellement contenu dans les fruits qui en grande quantité peut être préjudiciable. Diluer dans un grand verre d'eau tiède une cuillère à café bien bombée de poudre d'acide L-Ascorbique  (ce qui correspond environ à 5 g) et absorber par petites gorgées, assez rapidement, après dilution complète. Si besoin, ajouter très peu de bicarbonate de sodium au mélange pour le rendre moins acide.
Source : Dr Alain Scohy.